Im Füldchen 11 60489 Frankfurt am Main  +49 (0) 176 422 701 26

Commentaires décembre 2020

La fin de cette curieuse année fut très européenne.

Valéry Giscard d’Estaing, décédé le 2 décembre dernier, fut le dernier grand européen dont la guerre inspirait la profonde conviction européenne. Ila a posé les fondements de l’Euro avec Helmut Schmidt et permis la première élection au suffrage universel du Parlement européen en 1979, Simone Veil étant élue première présidente. De 2001 à 2003, il préside la Convention sur l’Avenir de l’Eruope; même si les « non » en France et aux Pays-Bas empêchent l’adoption d’une constitution européenne, la Convention aboutit au traité de Lisbonne, qui modernise les institutions. La Commission devient responsable devant le Parlement européen, la Présidence de la Commission est proposée par le Conseil européen à la majorité qualifiée et non plus à l’unanimité; Les pouvoirs du Haut représentant pour les affaires étrangères et la sécurité sont étendus notamment par la création d’un service diplomatique européen, l’agence européenne de la défense est créée, conduisant VGE à dire « La boîte, elle-même, a été redécorée, en utilisant un modèle ancien, qui comporte trois casiers dans lesquels il faut fouiller pour trouver ce que l’on cherche « 

Comme si souvent, l’Europe progresse grâce aux crises. Avec le Brexit, il est possible de relancer l’intégration européenne pour faire de l’Europe une puissance à la hauteur de son poids économique et démographique.

La patience de l’Union européenne (sous présidence allemande au cours des derniers mois) et de Michel Barnier a finalement permis une sortie ordonnée de la Grande-Bretagne. L’accord conclu le 24 décembre réduit les droits de pêche dans les eaux territoriales britanniques de 25 % (à compter de 2026). Le manque à gagner des pêcheurs français est limité à 42 millions d’Euros, que l’Etat français veut compenser. Plus important encore, les deux parties se seraient entendues sur les règles de concurrence et de subventions publiques, et sur les principes du droit du travail et de la protection de l’environnement.

Reste à savoir si Parlement européen et Conseil (devant statuer à l’unanimité) peuvent accepter tout ce que contient ce document de plus de 1000 pages…et comment s’exerceront les forces centrifuges en Ecosse et en Irlande du Nord, qui souhaitent rester en Europe…

Pendant ce temps, la présidence allemande de l’Union a permis l’adoption du budget pluri- annuel ainsi que du fonds NextGeneration : le prix à payer pour obtenir l’accord de la Pologne et de la Hongrie fut tout compte fait modique : le dernier mot sur la conditionnalité de l’état de droit revient à la Cour de Justice européenne, beau symbole de démocratie même si l’application en est, de ce fait, retardée de deux ans. Par ailleurs, le fonds européen de défense est sur les rails : il soutiendra la coopération des entreprises, de la recherche et des Etats en matière de questions de défense.

Quant aux relations internationales, l’Europe serait sur le point de signer un accord d’envergure sur les investissements avec la Chine et a pris l’initiative d’une proposition de coopération plus étroite avec les États-Unis une fois Joe Biden élu. Son titre est pour le moins ambitieux : « Un nouveau programme UE- États-Unis pour un changement planétair » avec un sommet UE-États-Unis dès le premier semestre 2021 pour préciser comment :

  • œuvrer pour un monde en meilleure santé, soutenant les initiatives Act-A et Covax pour un accès équitable aux vaccins des pays en développement,
  • lutter ensemble contre le changement climatique avec le retour des États-Unis dans le giron de l’accord de Paris,
  • travailler ensemble sur les technologies, le commerce et les normes, y compris un règlement plus équitable de la fiscalité des GAFA (!).

L’Allemagne peut donc être satisfaite du bilan de sa présidence de l’Union européenne.

Reste toujours et encore le Covid, qui risque de marquer notre vie encore de longs mois, tant l’évolution des chiffres était déjà préoccupante avant les fêtes… Il conviendrait que les gouvernements adoptent une communication nous préparant mieux à cette lente sortie de la pandémie!

La mise sur le marché du vaccin BioNTech/Pfizer nous permet d’entrevoir le bout du tunnel. Mais soyons réalistes : d’ici fin mars, l’Allemagne compte obtenir entre 11 et 13 millions de vaccins, suffisants pour les populations au plus haut risque, à savoir les plus de 80 ans, les personnes en maison de retraite et le personnel soignant ! Restera « seulement » à vacciner le reste de la population…

Avec cette belle note d’espoir, je vous souhaite une bonne et heureuse nouvelle année, en bonne santé et espère que nous pourrons de nouveau nous déplacer et nous voir en toute détente !

page2image66957712

Christophe Braouet