Im Füldchen 11 60489 Frankfurt am Main  +49 (0) 176 422 701 26

Commentaires Juillet 2021

Francfort, 30 juin 2021: Les résultats des élections ont provoqué un certain soulagement dans les deux pays : les chrétiens-démocrates ont progressé de 7,2 % à 37,1 % des voix lors des élections du Land de Saxe-Anhalt, devançant largement l’AfD en recul de 3,5 %. En France, le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen a même perdu 8 % lors des régionales.

Les détenteurs du pouvoir ont bénéficié d’un bonus électoral dans les deux pays, indépendamment de leur appartenance politique. Ceci fut vrai pour le ministre-président Reiner Haseloff en Saxe-Anhalt, comme ce fut déjà le cas pour le ministre-président du Bade-Wurtemberg Winfried Kretschmann des Verts et la ministre-président de Rhénanie-Palatinat Malu Dreyer du SPD lors du scrutin de mars dernier. Ce fut également le cas en France, où tous les Présidents sortants ont été réélu, maintenant la classique opposition droite/gauche avec 7 régions détenues par les Républicains et 5 par les socialistes.

La très mauvaise participation de seulement 34 % lors des deux tours (50 % lors du scrutin régional de 2015) est le fruit d’une incompréhension du “millefeuille administratif“. Les résultats ne permettent donc pas d’en tirer des conclusions pour la Présidentielle, pour laquelle un taux de participation de 80 % est d’usage (comme pour les municipales d’ailleurs).

Les sondages prédisaient un tête à tête du RN et des Républicains (LR) et la possibilité d’une victoire du RN dans trois régions. Le fait est que les extrêmes ont perdu en influence. Le RN se trouve même distancé de 15 % par la liste conduite par le Président sortant Renaud Muselier en région PACA.

Les Républicains (LR) ont maintenu leur score de 2015, fruit avant tout des bons résultats des trois candidats à la présidentielle : la querelle pour l’investiture entre Xavier Bertrand dans la région Hauts de France, Laurent Wauquiez en Auvergne-Rhône-Alpes et Valérie Pécresse en Île-de France n’en sera que plus grande.

Au sein de la gauche on assiste à un rééquilibrage au profit des Verts.  La France Insoumise (LFI) est marginalisée avec 5 % des voix au premier tour et ne pouvant maintenir aucune liste au second. Les socialistes perdent 8 %, Carole Delga réélue avec 58 % étant l‘exception à la règle.  Obtenant près de 16 % sur le plan national, le PS se trouve à hauteur de vue avec les Verts, forts de 13,2 %, qui confirment ainsi leur percée des municipales. En tête des partis de gauche dans trois régions, ils ont même fourni la tête de liste au second tour en Île-de-de-France, Auvergne et Pays de Loire. Avec près de 30% des voix au second tour, ils restaient victimes des divisions et à distance des candidats LR ou Modem.

Pour le parti du Président Macron (LREM), la victoire dans ce scrutin local était impossible. LREM atteint finalement 10 % au premier tour. Le seul objectif réaliste consistait à vouloir peser sur la constitution des coalitions : pari perdu. Même les 15 ministres en lice ont été battus à plate couture.

Au niveau européen, le fonds NextGeneration EU est sur le point d’être investi. Le programme français France Relance de 100 milliards d’Euros a été soumis à Bruxelles. 40 % doivent être financés par des dotations communautaires.  50 % sont destinés à des projets environnementaux (assainissement de logements sociaux, infrastructures de transport, notamment le rail et les véhicules électriques et hybrides, ainsi que la stratégie hydrogène en coopération avec l’Allemagne, le tout pour réduire les émissions de CO2 de 40 % d’ici 2030. 10 milliards doivent être investis dans les projets de digitalisation. Et 20 milliards sont destinés à améliorer la compétitivité des entreprises, notamment par la réduction des impôts de production dans les deux ans à venir. Enfin, 10 milliards seront investis en recherche et dans le domaine de la santé.

Malheureusement, nous continuons à vivre au gré de la Covid. La crainte d’une prolifération rapide du mutant Delta a conduit le gouvernement allemand à imposer une quarantaine de 14 jours aux voyageurs rentrant du Portugal (comme c’est le cas pour la Grande-Bretagne), mesure à nouveau prise de façon unilatérale.

  France Allemagne États-Unis Italie Espagne
Tests quotidiens pour 1.000 3,57 1,21 1,4 2,86 1,89
Nombre de cas

31 mai (*)

5.708.351

(+1,0 %)

3.684.473

(+ 8,7 %)

33.240.022

(+2,9 %)

4.209.707

(+5,0 %)

3.663.176

(+4,2 %)

30 juin  

(*)

5.835.885

(+2,2 %)

3.735.399

(+ 1,4 %)

33.651.924

(+1,2 %)

4.259.133

(+1,2 %)

3.799.733

(+3,7 %)

Décès

31 mai (*)

109.452

(+4,9 %)

88.360

(+ 6,6 %)

593.963

(+3,3 %)

125.919

(+4,5 %)

79.888

(+2,3 %)

30 juin

(*)

111.230

(+1,6 %)

90.884

(+ 2,9 %)

604.467

(+1,8 %)

127.542

(+1,3 %)

80.829

(+1,2 %)

Par million d’habitants

(début 3ème vague = 30.10.20)

 

1.697

(551)

 

1.087

(125)

 

1.861

(707)

 

2.112

(631)

 

1.727

(762)

Vaccins en % de pop. totale

1er vaccin

Vaccin complet

 

 

49,4 %

29,1 %

 

 

53,2 %

35,6 %

 

 

53,6 %

46,0 %

 

 

55,5 %

29,9 %

 

 

53,0 %

35,5 %

Source : Johns Hopkins Corona Resource Center (https://coronavirus.jhu.edu/map.html) & Oxford University(https://ourworldindata.org/coronavirus-testin)

(*) % par rapport au mois précédent

Tous les États atteignent, voire dépassent les 50 % de primo-vaccinés. A présent, nous devons choisir entre la vaccination et l’infection : il s’agit de convaincre les derniers réticents.

Je vous souhaite un bel été, dans l’espoir que nous puissions retrouver une certaine normalité à la rentrée, grâce aux vaccinations !
Christophe Braouet